Histoire du Musée

Histoire du Musée de la fraise

 

Fondé en 1970 par le Syndicat d'Initiative et du Tourisme de Wépion et Dorothée Houart, élève du folkloriste Albert Marinus, le Musée s’était donné pour objectif la préservation de la culture et de la mémoire locale par une politique d’acquisition large d'objets et d'archives glanés auprès des wépionnais. Le Musée présentait des scènes de vie au début du XXe siècle au travers de reconstitutions d'intérieurs et d'espaces de métier.

Atelier du sabotier au Musée de la fraise en 1975

 

Suite au deux inondations de 1994 et 1995 qui ont abimé une partie des collections, le Musée de la fraise, avec l'aide de la Ville de Namur, a réalisé des travaux d'aménagement et de sécurisation du bâtiment.

En 2005, avec l'impulsion d'une nouveau Conseil d'Administration, dirigé par Sylvette Bouchat, le rôle du Musée évolue vers une préservation de la mémoire de la culture fraisière et de l'histoire de la vallée mosane. Les salles d'exposition présentent également la richesse de l'histoire wépionnaise au travers des villas mosanes et du Saint-Désert de Marlagne.

Ouvrage relatant la fondation du Saint Désert de Marlagne en 1618 - collection Musée de la fraise

 

En 2011 la Ville de Namur offre au Musée de la fraise la gestion des animations du Jardin des petits fruits récemment réalisé.

Depuis 2012, Le Musée de la fraise a initié un processus de professionnalisation de ses missions muséales afin d'être reconnu en tant qu'institution scientifique par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Documents et matrices de la fondation de la Criée de Wépion en 1933 - collection Musée de la fraise

 

En 2015, le Musée de la fraise se donne pour ambition de devenir un centre de la mémoire de la culture fraisière en Wallonie. Dans ce contexte, il réaménage son parcours permanent afin de permettre aux visiteurs de découvrir la fraise sous divers aspects thématiques : histoire, gastronomie, art de la table, art et folklore, agriculture et commerce.